Mai 2013

Energies et Avenir publie ses propositions pour accompagner la transition énergétique


Le débat national sur la transition énergétique (DNTE) est parvenu à sa phase dite de participation et de concertation. A la fin du mois d’avril 2013, trois des cinq groupes de travail du Conseil national du DNTE ont déjà présenté leurs premières propositions. Ainsi, la synthèse des  recommandations de l’ensemble des groupes de travail et des instances du débat, attendue en juillet, permettra de poser les premiers jalons du projet de loi de programmation énergétique prévu à l’automne

Dans ce contexte, Energies et Avenir présente, au travers de sa nouvelle publication «  Accompagner la transition énergétique : les propositions d’Energies et Avenir », des pistes de réflexion en réponse aux grandes questions posées par le Gouvernement. Ce nouveau dossier, qui sera diffusé auprès des parties prenantes au débat, apporte non seulement l’éclairage de la filière de la boucle à eau chaude aux questionnements actuels, mais répond également à certaines idées reçues qui peuvent parfois biaiser ce débat.

Pour Energies et Avenir, considérant que le chauffage représente 70% de la consommation d’énergie dans le logement, prendre le cap de la sobriété et de l’efficacité énergétique nécessite obligatoirement la prise en compte de l’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments. Ainsi, en droite ligne des recommandations issues de ses précédentes études sur la rénovation des maisons individuelles et des logements à chauffage collectifs, l’association plaide vigoureusement pour un phasage des travaux. En effet, une rénovation séquencée et ordonnée, privilégiant en premier lieu les bouquets de travaux offrant le meilleur rapport « Performance énergétique/Temps de retour sur investissement »,  favorise à terme une rénovation globale du parc privé et permet de lutter efficacement contre la précarité énergétique.

Dans cette publication, Energies et Avenir promeut un mix énergétique raisonné à l’horizon 2025, illustré par les vertus des systèmes de chauffage à eau chaude multi-énergies dans le neuf et en rénovation. Avec ses propositions toujours orientées vers l’avenir, l’association rappelle la vigilance avec laquelle l’application de la RT 2012 doit être assurée.

La réussite de la transition énergétique devant également être industrielle et sociale, l’association appelle dans  ce document au soutien stable et pérenne des pouvoirs publics à une filière créatrice d’emplois qualifiés non-délocalisables et qui développe des solutions innovantes, favorisant les sources renouvelables pour la production de chaleur.

Puisque le financement de la transition énergétique demeure la pierre angulaire des réflexions politiques, Energies et Avenir recommande aux pouvoirs publics de stabiliser et simplifier les mécanismes d’incitation et de financement et de les orienter vers les bouquets de travaux les plus pertinents. C’est une position que l’association a déjà tenue lors de ses contributions aux groupes de travail du Plan Bâtiment Durable « Financements Innovants de l’Efficacité Energétique » et « Explorer l’Obligation de Rénovation Energétique dans le Secteur Résidentiel ».

Enfin, la publication d’Energies et Avenir permet à des idées reçues telles que « privilégier l’isolation à tout prix » ou « le surdimensionnement des chaudières » d’y trouver des réponses techniques et argumentées.

Le document "Accompagner la transition énergétique : les propositions d’Energies et Avenir" est disponible en téléchargement gratuit sur le site d’Energies et Avenir ici et en version papier sur demande auprès de contact@energies-avenir.com.

      


****************************************************

Pour une RT 2012 performante, l’annulation de l’arrêté du 20 juillet 2011 ne doit pas remettre en cause la méthode de calcul Th-BCE


Au lendemain de la décision du Conseil d’Etat d’annuler l’arrêté du 20 juillet 2011 « portant approbation de la méthode de calcul Th-BCE » s’appliquant à la RT 2012, les ministres de l’Ecologie et du Logement ont affirmé qu’un nouvel arrêté conservant une méthode de calcul identique serait prochainement publié.

Pour Energies et Avenir, particulièrement investie dans la bonne application de la RT 2012 et qui a déjà publié un Guide pratique à cet effet, cette continuité de la réglementation thermique est primordiale. Depuis 2009, les maîtres d’œuvre et d’ouvrage anticipent la RT 2012 et s’emploient à la construction de logements labélisés, surtout de logements collectifs. Les professionnels s’approprient les éléments techniques de la réglementation, notamment grâce à un important travail de formation et d’information conduit par les pouvoirs publics et les professionnels. Ainsi, cette implication permet à la filière de délivrer un conseil de très haute valeur ajoutée économique et énergétique. Non seulement ces logements satisfont les exigences de performance énergétique et de réduction de la facture énergétique tous usages confondus,  et, de surcroît, l’appropriation de la RT 2012 permet de stimuler l’offre technologique et renforce l’offre de service.
Dès lors, il est techniquement et politiquement très risqué de remettre en cause une méthode de calcul qui a eu de tels effets bénéfiques, en assurant le rééquilibrage du mix énergétique français et pour laquelle les professionnels se sont équipés en logiciels adéquats.

Energies et Avenir s’étonne également des critiques selon lesquelles la méthode Th-BCE causerait la disparition du chauffage électrique à effet Joule. La RT 2012 a été conçue pour opérer une métamorphose de la construction durable, au moyen d’exigences environnementales et énergétiques, requérant une évolution technologique des équipements et un bâti de grande qualité. La RT 2012 permet un « saut énergétique » qui profite à toutes les énergies, à l’image des PAC qui équipent plus de 60% des maisons individuelles labélisées BBC et dont la diffusion dans le collectif est favorisée par un assouplissement de l’exigence de la consommation maximale (fixée à 57.5 kWhep/m²/an jusqu’en 2015).

Energies et Avenir est mobilisée pour soutenir le maintien du mode de calcul basé sur l’énergie primaire ; la seule méthode permettant d’appréhender l’ensemble de la consommation énergétique d’une chaine de production et de rendre compte de l’amélioration des performances induites par la règlementation thermique.

****************************************************

Mise en ligne des vidéos de la table ronde Energies et Avenir « Comment rénover efficacement 500 000 logements par an ? »


Energies et Avenir vous invite à consulter la fiche multimédia réalisée suite à sa Table ronde « Comment rénover efficacement 500 000 logements par an ? » organisée à Paris le 19 novembre 2012. Cette fiche allie vidéos et résumés des prises de parole des neufs experts invités à échanger autour de cette question fondamentale du débat national de la transition énergétique,  au côté d’Hervé THELINGE, président d’Energies et Avenir, et de Joël PEDESSAC, modérateur de la table ronde et membre d’Energies et Avenir

Venez ainsi découvrir en images les interventions d’Eric LAGANDRĖ (Anah), Corinne ARPIN (Energies et Avenir) et Daniel AUBERT (USH) au sujet de l’identification des travaux de rénovation pertinents du point de vue de la performance énergétique, de l’environnement et de l’accessibilité des ménages. Celles de David RODRIGUES (CLCV), Maryse ARDITI (FNE) et Patrick CARRĖ (SYNASAV) concernant l’incitation au déclenchement de travaux et le développement de l’information auprès de l’utilisateur. Enfin, découvrez les analyses de Jean-François MARTY (UECF-FFB), Jérôme GATIER (Plan Bâtiment Durable) et Denis BURCKEL (Terra Nova) portant sur le financement efficace de la rénovation énergétique.

Pour accéder à la fiche ainsi qu’à sa version PDF, veuillez cliquer ici


****************************************************

Découvrez toutes les publications d’Energies et Avenir sur le site www.energies-avenir.fr



Si vous ne souhaitez plus recevoir de message d'Energies et Avenir: contact@energies-avenir.org


((remove)) pour vous désinscrire ((open))