Si vous n'arrivez pas à lire correctement cette newsletter, ((link))



Novembre 2011

L’enjeu d’un habitat durable et le rôle du chauffage au cœur de la réflexion d’une matinée d’experts

Le 7 octobre 2011, Energies et Avenir a organisé une matinée consacrée à l’enjeu d’un habitat durable et le rôle du chauffage, aujourd’hui et demain, afin d’échanger et de mener une réflexion sur la rénovation énergétique et la construction neuve des bâtiments. Cet événement a réuni sept experts de la question :

Suzanne DEOUX (présidente de Bâtiment Santé Plus), Christian FELDMANN (consultant spécialisé en thermique des bâtiments), Maurice DI GIUSTO (président de l’UNA Couverture Plomberie Chauffage de la CAPEB), Philippe HAÏM (chef de la mission efficacité énergétique & sécurité aval gaz chez GDF SUEZ), Damien LAMBERT (directeur général d’Amoès), Eric LAGANDRE (chargé de mission développement durable à l’ANAH) et Jean-Pierre TRAISNEL (chercheur au CNRS et urbaniste).

Autour d’Hervé THELINGE, président d’Energies et Avenir, et de Joël PEDESSAC, modérateur de la matinée et membre d’Energies et Avenir, les experts présents ont pu croiser leurs visions et avancer des propositions pour favoriser un habitat durable, tout en atteignant les objectifs du Grenelle de l’environnement. Ainsi, selon Jean-Pierre TRAISNEL, il apparait que « dans un parc qui croit et qui se renouvelle lentement, le besoin de chaleur doit faire appel aux meilleures technologies disponibles et aux énergies renouvelables, dont le bois ou le biométhane ». Pour sa part, Suzanne DEOUX a souligné qu’il était nécessaire de « replacer l’homme au cœur du bâtiment en lui assurant un confort thermique et une qualité sanitaire optimale ».


Au cours de la matinée, Energies et Avenir a également présenté une « Roadmap technologique » dressant un état des lieux prospectif des systèmes énergétiques à l’horizon 2020. L’un des  enseignements importants de cette intervention porte sur l’évolution du besoin énergétique des bâtiments. En effet, la part dédiée à la consommation d’énergie des appareils électroménagers et audiovisuels  devrait devenir prépondérante dans les prochaines années par rapport aux autres postes de consommation. Ainsi, les systèmes énergétiques tels que nous les connaissons aujourd’hui sont appelés à évoluer afin de répondre à cette tendance. S’il n’y a pas de rupture technologique majeure à attendre, en revanche nous assisterons de plus en plus à une hybridation et à une intégration des systèmes et des énergies (y compris renouvelables) permettant de tirer profit du meilleur de chaque technologie. En matière de performances intrinsèques des produits, des gains sont encore possibles et prévisibles. Avec l’objectif de dresser un panorama complet des  systèmes énergétiques existants, en développement ou attendus, la « Roadmap technologique » permet de donner une meilleure visibilité sur les grandes tendances des prochaines années en matière d’évolution des produits performants. Autre point souligné lors de la présentation, la nécessité de suivre un rythme de changement réglementaire compatible avec les enjeux industriels.

Dans l’optique de partager les différents échanges sur les enjeux du bâtiment, notamment l’amélioration de la performance énergétique de l’habitat, l’ensemble de des contributions de la matinée fera l’objet d’une publication qui sera disponible au 1er trimestre de l’année 2012.

****************************************************

Energies et Avenir partenaire de l’étude 2011 du Salon de la copropriété « Bien s’informer en copropriété »

Energies et Avenir a participé à la 17ème édition du Salon de la copropriété, événement majeur du secteur, qui s’est déroulé du 12 au 13 octobre 2011 à Paris et qui réunissait plus de 140 exposants professionnels de la copropriété. Partenaire de l’étude exclusive du Salon, intitulée « Enquête spéciale - présidents de conseil syndical », réalisée auprès de plus de 800 présidents et membres de conseils syndicaux, Energies et Avenir a pu faire part de son point de vue sur les cinq grands thèmes abordés : bien s’informer en copropriété, accéder à la copropriété, valoriser la copropriété, assurance et copropriété et recours aux énergies renouvelables. Dans le cadre de la présentation de l’enquête, Energies et Avenir a rappelé, par la voix de son président, Hervé THELINGE, les différentes missions de l’association et a souligné l’importance de la rénovation énergétique des chaudières dans les logements collectifs. L’étude 2011 d’Energies et Avenir portant sur la rénovation en logement collectif montrait en effet que la rénovation de la chaufferie seule permet de réduire jusqu’à 50% la consommation énergétique d’un immeuble en collectif.

Retrouvez la fiche pratique d’Energies et Avenir diffusée lors du Salon de la copropriété en cliquant ici.

Pour télécharger l’étude d’Energies et Avenir sur la rénovation en logement collectif, cliquez ici.



****************************************************

Une pénurie d’électricité en hiver ?

Alors que Capgemini estime dans une récente analyse que la fermeture immédiate d’une partie du parc nucléaire allemand constitue « une menace pour la sécurité d’approvisionnement en électricité de l’Europe » et que l’ensemble des prévisions indiquent une augmentation des prix des énergies, c’est le moment pour  réfléchir à la question  de l’utilisation de l’électricité pour le chauffage.

Il convient de rappeler que l’année dernière, pour faire face à la hausse continue de la demande d’électricité causée par l’utilisation massive du chauffage électrique, la France a dû recourir à des importations d’électricité importantes et coûteuses. Ainsi, en 2010, la France a augmenté de 26% le nombre de jours où elle a fait appel à l’énergie électrique de ses pays voisins. Or, actuellement plusieurs observateurs affirment qu’en raison du choix allemand de réduire son parc nucléaire, il sera plus difficile d’importer de l’électricité depuis l’Allemagne, augmentant le recours aux centrales thermiques complémentaires, fortes émettrices de CO2.

Parallèlement, le pic de consommation d’électricité devient de plus en plus élevé. Sans vouloir pointer du doigt le chauffage électrique, c’est la combinaison du besoin d’électricité pour plusieurs postes qui représente un défi majeur pour le gestionnaire du réseau. La pointe électrique du soir s’amplifie avec la demande accrue pour les chauffages, les éclairages ou la demande liée à l’utilisation des appareils électroménagers à tel point que RTE a récemment appelé les particuliers à « utiliser avec raison le chauffage électrique » en hiver. Rappelons que la part du marché du chauffage électrique direct dans les constructions neuves a atteint 63% en 2008, contribuant à l’accentuation de la pointe et à l’augmentation contenu CO2 dans l’électricité.

Face à ce constat, il faut souligner qu’il existe néanmoins des solutions permettant de remédier à cette particularité française en matière de chauffage : les systèmes de chauffage à eau chaude. C’est le système qui permet le mieux de mettre en place des installations durables à la fois multi-énergies et évolutifs. C’est aussi un vecteur de développement des énergies renouvelables car le chauffage à eau chaude est compatible avec toutes les énergies renouvelables, notamment les plus porteuses d’avenir (biomasse, géothermie, solaire, …). Enfin, c’est un système porteur d’innovation permettant d’intégrer des technologies prometteuses comme les chaudières à microcogénération qui produisent à la fois de la chaleur et de l’électricité pour l’autoconsommation, contribuant ainsi à la maîtrise de la pointe électrique.


****************************************************

Découvrez toutes les publications d’Energies et Avenir sur le site www.energies-avenir.fr


Si vous ne souhaitez plus recevoir de message d'Energies et Avenir, ((remove))

((open))