Si vous n'arrivez pas à lire correctement cette newsletter, ((link))





Juillet 2010

Grenelle 2 : après le vote, le défi reste la mise en œuvre

La loi Grenelle 2 est définitivement adoptée par le Parlement. La prochaine étape réside dans l’implémentation sur le terrain des mesures votées. L’enjeu est de réduire de 38%, d’ici 2020, les émissions de CO2, soit 2 tonnes par habitant et par an mais aussi de généraliser la construction de bâtiments basse consommation (émettant moins de 50 kWhep par mètre carré et par an). Cela constitue un vrai défi car atteindre les objectifs environnementaux n’implique pas uniquement une forte mobilisation des professionnels de la filière du bâtiment mais également une sensibilisation accrue des particuliers et des propriétaires afin d’améliorer la performance énergétique des logements.

Dans ce contexte, la nouvelle réglementation thermique 2012, dont les principes ont été présentés en juillet, constitue une avancée majeure pour remplir les objectifs du Grenelle. En effet, elle devrait permettre non seulement d’économiser 150 milliards de kWh sur la période 2013-2020 mais également de réduire la consommation énergétique dans les bâtiments neufs grâce à des systèmes de chauffage évolutifs et ouverts aux énergies renouvelables comme le solaire thermique sur la boucle à eau chaude. Après de longs débats, la nouvelle RT intègre définitivement le calcul de la consommation en énergie primaire, le coefficient de conversion de 2,58 ainsi que l’introduction de 3 critères d’exigences (Bbiomax ; Cmax ; confort d’été). Ceci constitue une réelle occasion de rétablir le mix énergétique français qui connait un fort déséquilibre en construction neuve. En effet, l’utilisation de l’électricité dans l’usage de chauffage a connu une forte croissance ces dernières années et représente 75% de logements. Cette situation entraine par ailleurs des pics de consommation extrêmement émetteurs de CO2.

Ayant participé aux débats du Grenelle et contribué par ses éclairages en matière de chauffage durable, Energies et Avenir continuera d’accompagner les professionnels et les particuliers dans leur démarche visant à favoriser des solutions de chauffage performantes qui permettent de réduire les émissions en CO2 dans le bâtiment et de réduire la facture énergétique. Dans ce contexte, Energies et Avenir vient d’ailleurs de publier une étude portant sur la rénovation énergétique des maisons individuelles. Elle prend en compte le dispositif de l’éco-prêt à taux zéro et analyse par poste traité, l’investissement, les gains énergétiques et le temps de retour pour chaque bouquet de travaux.
(voir ci-dessous)


****************************************************

Rénovation énergétique des maisons individuelles : la place privilégiée des systèmes de chauffage à eau chaude

Définir son projet de rénovation n’est pas une tâche facile. Quelle rénovation, pour quelle performance ? Quel budget pour quel bouquet de travaux ? Pour y voir plus clair, Energies et Avenir a commandité auprès du bureau d’études thermiques Technosud Energie, avec l’appui du CRIGEN, une étude qui permet d’identifier des solutions performantes de rénovation en maisons individuelles, tout en considérant le dispositif de l’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ).

L’un des principaux enseignements souligne la place privilégiée des systèmes de chauffage dans les travaux de rénovation thermique. En effet, les résultats de l’étude démontrent que les meilleures performances énergétiques sont atteintes par les bouquets de travaux intégrant le chauffage, aussi bien en termes d’efficacité que de retour sur investissement. Porteurs d’innovation et ouverts aux énergies renouvelables, les systèmes de chauffage à eau chaude permettent non seulement de réduire les émissions de CO2 mais aussi de répondre aux futures réglementations et d’atteindre plus facilement les labels HPE et BBC.

Découvrez l’étude en cliquant ici.


****************************************************

Nouvelle version 2010 de la brochure crédit d’impôt

Mis en place par le Grenelle de l’environnement, le crédit d’impôt pour un habitat durable vise à rendre les logements existants plus économes en énergie et à accompagner l’adoption des énergies renouvelables dans la construction neuve. Ce crédit d’impôt en faveur du développement durable s’applique aux investissements effectués jusqu’au 31 décembre 2012 et permet de déduire de l’impôt sur le revenu entre 25% et 50% des dépenses liées à l’amélioration énergétique de l’habitat.

Les nouvelles instructions fiscales et les lois de finances rectificatives pour 2009 et 2010 ayant apporté d’importantes modifications sur le sujet, Energies et Avenir a actualisé sa brochure crédit d’impôt avec les nouvelles données, tout en intégrant des conseils et des recommandations pratiques pour bénéficier, dans des conditions avantageuses, d’un système de chauffage performant.

Retrouvez la nouvelle édition de la brochure 2010 du crédit d’impôt en faveur du développement durable en cliquant ici.

****************************************************

Hervé THELINGE réélu Président d’Energies et Avenir

Lors de son dernier Conseil d’Administration, l’association des professionnels du chauffage durable, a reconduit Hervé THELINGE à son poste de Président pour une durée de 3 ans. Le Conseil d’Administration a également renouvelé au poste de vice-président : Jean-Marie CARTON (CAPEB) et à celui de trésorier : Joël CONAN (Fedene).

« En matière de chauffage dans les bâtiments, Energies et Avenir a su faire émerger un vrai débat serein sur des sujets majeurs : la pertinence d’un système de chauffage évolutif, performant et accueillant les EnR pour accompagner la réduction des consommations d’énergie et des émissions de CO2. Nos inquiétudes sur l’orientation du chauffage dans la construction neuve des dernières années, à savoir un équipement de près de 75% en chauffage électrique, ont été rejointes dans les faits : une accentuation des pointes de consommation électrique, des difficultés de distribution et l’appel à des moyens de production électrique extrêmement carbonés. Comme d’autres acteurs du Grenelle, notre filière continuera à valoriser les solutions efficaces, préservant un mix-énergétique équilibré tout en soutenant la nécessaire mise en place d’un Observatoire du contenu CO2 par énergie et par usage. », a souligné Hervé THELINGE, Président d’Energies et Avenir, à la suite de son élection.

Accédez au communiqué en cliquant ici.





Si vous ne souhaitez plus recevoir de message d'Energies et Avenir, ((remove))

((open))