Ce site utilise des cookies en vue d'améliorer votre expérience en ligne. En poursuivant votre navigation, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse, de pertinence et de publicité.
En savoir plusOK

Septembre 2009

Energies et Avenir appelle à l’équité de traitement des énergies de chauffage dans le cadre du projet de Contribution Climat Energie

Préserver l’orientation et les objectifs du Grenelle de l’Environnement

Energies et Avenir attend de la future Contribution Climat Energie la mise en œuvre concrète des objectifs du « Grenelle de l’Environnement ». Ainsi, les membres de notre association s’inquiètent des conséquences qu’entrainerait l’exclusion de l’électricité de la future taxe carbone. Cette exclusion donnerait aux consommateurs un « signal » contraire au souci d’équité entre les différentes filières de production d’énergie pour le chauffage et d’équilibre du bouquet énergétique français préconisé par le Grenelle. L’association partage donc les réflexions du rapport remis par Michel ROCARD sur la question de la prise en compte pour la taxe carbone de la production d’électricité lors des pics de consommation notamment lors des périodes de chauffage.

Garantir l’équité des énergies de chauffage, toutes émettrices de CO2 en dehors des EnR

En effet, en dehors des énergies renouvelables (géothermie, solaire,…), l’ensemble des énergies utilisées pour le chauffage et l’eau chaude sont émettrices de CO2. Ainsi, il est essentiel que chacune d’elles soit assujettie à un traitement équitable et visible pour le consommateur final. Dans le cas contraire, exclure totalement l’électricité de la taxe carbone reviendrait à accréditer la thèse selon laquelle l’électricité destinée au chauffage ne produit pas (ou très peu) de CO2. Ceci donnerait un mauvais signal en encourageant l’installation et l’usage de plus en plus fréquents de systèmes de chauffage électrique dans les logements neufs ou rénovés, comme on a pu le voir ces dernières années.

Eviter un report vers l’énergie électrique aggravant les pics de consommation et les émissions de CO2

Alors qu'actuellement, ce sont déjà près de 75% des logements neufs qui utilisent l’énergie électrique pour se chauffer, l’exclusion de l’électricité de la future taxe carbone pourrait aboutir à un report du consommateur vers cette énergie et donc à une demande toujours plus forte en électricité. Cela aggraverait encore les situations de pics de consommation en période d’hiver qui obligent à recourir à des moyens de production carbonés, situés soit en France soit chez nos voisins européens, et fortement émetteurs en CO2. Si dans l’esprit du Grenelle, on accepte de remettre en cause les idées reçues et de raisonner en marginal, le bilan CO2 d’une nouvelle installation de chauffage électrique ne peut être négligé. Ainsi, en appliquant ce principe, l’ADEME a dans une étude récente chiffré de 500 à 600 g par kWh le contenu CO2 d’une nouvelle installation.

Veiller à ne pas envoyer aux Français un signal contraire aux objectifs de la taxe carbone

Afin de répondre aux enjeux du Grenelle de l’Environnement, il faut s’assurer que la future taxe carbone ne donne pas un mauvais signal aux Français et ne mène pas au déséquilibre du bouquet énergétique en matière de chauffage. Cela impliquerait une accentuation des pointes de consommation d’électricité extrêmement émettrices de CO2, ce qui serait totalement contraire aux objectifs recherchés au travers de la Contribution Climat Energie.

Créer un Observatoire des émissions de CO2 par énergie et par usage
Sur ce sujet, Energies et Avenir réitère donc sa proposition de mettre en place un Observatoire des émissions de CO2 par énergie et par usage qui permettrait d’asseoir sur des bases impartiales et équitables les mesures législatives et réglementaires visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Confort et bâtiments performants

Etude Confort des occupants dans les bâtiments performants

Votre installation de chauffage et de production d'ECS

Votre installation de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire

Rénovation "Enseignement"

Rénovation des bâtiments d'enseignement

Propositions pour les prochaines élections

Nos propositions pour 2017